Annuaire hijama : Rencontre avec Nadia Barou, ventousothérapeute

  1. Page d'accueil
  2. Divers
  3. Annuaire hijama : Rencontre avec Nadia Barou, ventousothérapeute

Annuaire hijama : Rencontre avec Nadia Barou, ventousothérapeute

Annuaire hijama : Rencontre avec Nadia Barou, ventousothérapeute


Annuaire hijama : Rencontre avec Nadia Barou, ventousothérapeute. La médecine naturelle suscite un intérêt grandissant. De ce fait, la hijama ou cupping therapy est de plus en plus pratiquée ! Pour mieux la comprendre, rien de tel que l'œil d'une experte de chez Tabiben1clic. Nous avons interviewé Nadia Barou, ventousothérapeute diplômée. On vous raconte.

Nadia Barou a 47 ans. Diplômée en venthousothérapie, en hijama traditionnelle, en cupping therapy et en Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), elle exerce à Saint-Victoret, dans les Bouches-du-Rhône. Pour Tabiben1clic, elle répond à quelques questions sur la hijama.

Pourriez-vous nous expliquer en quoi consiste la hijama ?


La hijama est une technique thérapeutique très ancienne qui était pratiquée par les Égyptiens, les Chinois et les Arabes. Le principe est simple : on place des ventouses à des endroits définis pour aspirer le sang. Au préalable, on fait des incisions ou non, selon le cas.

Hijama sèche ou humide, quelle différence ?


La hijama humide se pratique en effectuant de petites incisions sur la peau avant d'aspirer le sang. Elle est beaucoup plus efficace pour soigner les maladies. En revanche, elle n'est pas règlementée en France. Seuls les médecins ont le droit de la pratiquer. La hijama sèche est celle qui s'effectue sans incisions. Celle-ci est tolérée, en France. Elle permet aussi de soigner beaucoup de maladies mais de façon plus lente car les toxines s'évacuent par voies naturelles : urine, transpiration. La hijama sèche permet aussi de réaliser des massages, d'éliminer la cellulite et de soigner les personnes fragiles.

La hijama obéit-elle à des règles de base ?


Oui bien sûr. En tant que discipline thérapeutique, la hijama obéit à des règles d'hygiène élémentaires :

– lavage des mains au savon ou à la solution hydro-alcoolique entre chaque patient

– utilisation de gants non stériles à changer après chaque patient

– désinfection avant d’inciser la peau

– utilisation de lames stériles

– utilisation de ventouses pour extraction de sang à usage unique (sauf modèles particuliers)

– disposition des déchets dans des collecteurs d’aiguilles comme en milieu hospitalier

Quelles sont les contre-indications à la hijama ?

Elle est contre-indiquée aux personnes hémophiles, sous chimiothérapie, aux femmes enceintes et aux personnes cardiaques, entre autres. La hijama humide est déconseillée aux personnes âgées et aux jeunes enfants car elle serait difficile à supporter.

Pourquoi faut-il absolument faire appel à un praticien qualifié ?


Il faut absolument être formé et diplômé pour pratiquer la hijama. C'est un véritable savoir-faire qui exige de nombreuses connaissances en médecine naturelle et en physiologie. Le corps humain est très complexe. Faire appel à un praticien peu compétent présente de nombreux risques. Par exemple, il pourrait pratiquer la hijama sur des personnes faibles, en hypotension, ou ayant une pathologie qui interdit strictement la cupping therapy. Un acte lourd de conséquences sur la santé.

Dans le traitement de quelles maladies avez-vous constaté l'efficacité de la hijama ?

Je dirais, les maux du siècle : céphalées, migraines, insomnies, anxiété, stress, dépression. Il y a aussi : l'hypertension, le diabète, les maladies de la thyroïde, les troubles menstruels et d'infertilité, la fatigue chronique, la toux et l'asthme. Ce sont les maladies que je traite le plus souvent par la hijama et les résultats sont là.

Dans quels cas choisissez-vous un autre traitement que la hijama ?

Tout dépend du patient et de sa pathologie. Par exemple, je propose plutôt le cupping massage aux personnes souffrant de douleurs musculaires et articulaires. Autre exemple, la technique de massage appelée « drainage lymphatique » que j'utilise en cas de mauvaise circulation sanguine et lymphatique. J'effectue ces massages avec des huiles essentielles adaptées à chaque trouble.

Quelles maladies devraient être traitées par la hijama plus souvent ?


Il y a beaucoup de maladies très répandues pour lesquelles la hijama est efficace. Malheureusement, les patients se tournent vers d'autres médecines et ne pensent pas à cette méthode. Si vous souffrez d'une de ces maladies, il faut vraiment penser à la hijama : infertilité, problèmes menstruels ou de cycles ovariens, fibromyalgie, énurésie, diabète, hypertension, problèmes thyroïdiens, rénaux, de vessie, acouphènes, névralgie, asthme, allergies alimentaires, eczéma ou arrêt du tabac. La liste est encore longue.

Quel est la chose la plus agréable dans votre métier ?


Pour moi, c'est d'entendre un patient dire : « Je ne souffre plus. », « Mon problème est atténué ou résolu. », « Je n'ai plus de migraine. », « Je dors mieux. », ou ce genre de choses.

Avez-vous des anecdotes marquantes avec la hijama ?


La guérison vient d'Allah et nous, praticiens, nous ne sommes que des causes. Mais par la grâce d'Allah, oui, j'ai assisté à la guérison de nombreux patients. Dépression, addiction à la benzodiazépine, (un anxiolytique prescrit contre l'anxiété ndlr), insomnies et douleurs ont été éradiquées. Un vrai bonheur. Des femmes qui venaient pour des problèmes d'infertilité sont aujourd'hui enceintes ou même mamans. Il y a aussi des patients qui ont vu leurs troubles de diabète et de thyroïde se réguler. Il y aurait tellement à dire...

Quelle est la maladie la plus rare que vous avez traitée par la hijama ?


Très certainement, le mal occulte. C'est un autre aspect de la profession mais le traitement est tout aussi réel et efficace. En tant que thérapeute, il faut s'y préparer.

Le mot de la fin ?


Je conseille aux personnes qui désespèrent et ne croient plus en la guérison, de tester la hijama. Elle donne des résultats stupéfiants et probants. Aussi, si l'on vous prescrit un protocole, suivez-le rigoureusement. La personne venant se faire pratiquer la hijama doit être à jeun depuis trois heures au minimum. Un diagnostic santé doit systématiquement être demandé par le praticien avant toute intervention. Choisissez un bon thérapeute, faites les causes et invoquez pour la guérison car tout dépend d'Allah et rien n'est impossible pour Lui.
Author Avatar

About Author

Add Comments